Instantanés ladakhis – I – La Guest House de Monsieur Dorjay


La Milarepa Guest House est un havre de paix, à l’écart du bruyant « market » de Leh. Elle est sur la route de Sankar, petit village au Nord de Leh abritant un monastère gelugpa. Exactement au lieu-dit « Chubi ». Juste au bas de la montée – raide – vers le Tsemo Gompa.

Elle est confortablement installée au fond d’un jardin, où se mêlent légumes – ceux que la cuisinière nous prépare pour le dîner – et fleurs, éclatantes en ce mois d’août. Elle est la propriété de monsieur Tsering Dorjay, personnalité bien connue dans cette partie du Cachemire, en tant que grand militant pour la défense de la communauté bouddhiste ladakhie. Les ouvrages qui portent sur l’histoire récente de cette région (comme « Recent Research on Ladakh » publié en 2007) n’oublient jamais de mentionner son rôle en tant que notamment, fondateur de la LBA (« Ladakh Bouddhist Association ») puis initiateur du Conseil de Développement du Ladakh (LAHDC – « Ladakh Autonomous Hill Development Council »), dont il était le « chief executive » jusqu’à récemment. Monsieur Dorjay est un grand bel homme au type tibétain. Il parle peu, se déplace avec majesté, et est peu porté à l’exubérance. On voit peu son épouse, malheureusement atteinte d’une grave maladie dégénérative. La maison est tenue par une jeune gouvernante, Chojskit, maman d’un petit garçon de six ans, Tenzing. Chojskit passe l’été à Leh et l’hiver à Delhi, où elle possède un étal de marchandises tibétaines. Tenzing va à la Lamdon School, ce qui signifie une école privée (Lamdon étant le nom  – « voie vers la lumière » – qui est donné aux écoles privées reconnues dans tout le Ladakh, quel que soit leur mode de financement – souvent financées par des associations étrangères, comme celle de Pipiting qui est dirigée par une association franco-italienne, AAZ, et que nous avons visitée après notre escale de Padum), tout comme d’ailleurs la fille cadette de Monsieur Dorjay.

Tenzing a joué avec mon Nikon et il en a tiré ces quelques photos.


A mon tour, il fallait bien que je le prenne en gros plan.

Nous avons trouvé, au marché, des petites autos pour Tenzing, qui ont du l’enchanter, puisque nous avons eu droit à des embrassades, chose rare en ces contrées.

La veille de notre départ, monsieur Dorjay nous attendait, le soir, pour nous saluer chaleureusement. Au petit matin – quatre heures trente – Chojskit et la cuisinière nous attendaient pour nous faire le café avant de partir, et sur le pas de la porte, nous ont passé au cou les fameuses « kata », écharpes de soie blanche qui s’échangent traditionnellement lors des arrivées et des départs.

Cet article, publié dans Ladakh, Voyages, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Instantanés ladakhis – I – La Guest House de Monsieur Dorjay

  1. Si l’on trouve même au Ladakh des « petites voitures » (genre Dinky Toys « made in China ? »), tout est bien, alors !

    J'aime

    • alainlecomte dit :

      malheureusement, des majorettes seulement…
      PS: on vient de rentrer. Nous n’avions pas de réseau. Je n’ai donc encore pas pu encore vous visiter sur votre nouveau blog! mais je ne vais pas tarder!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s