Instantanés ladakhis – II – Un an après l’inondation


Nous sommes à Leh un an après la terrible inondation de 2010. On se souvient qu’en quelques heures, il était tombé du ciel plus d’eau qu’il n’en tombe au cours d’une année normale. Chaleur, évaporation, accumulation de nuages au-dessus d’un même point conduisent à ce que tout à coup le ciel éclate et les tonnes d’eau déversées sur un terrain aride créent instantanément des torrents qui emportent tout sur leur passage. Le phénomène fut le plus intense en divers points de la vallée de l’Indus (Basgo, Saspol) sur Phyang (village à demi recouvert par la boue) et sur Leh, dont des centaines de maisons fragiles, en torchis, furent balayées, et avec elles leurs habitants : environ trois cents disparus. Plus bas, toujours dans la vallée de l’Indus, Choglamsar a dû être reconstruit et presque toute la population a été emportée.

Monsieur Dorjay garde bien sûr un souvenir ineffaçable de ces moments. Il déménagea toute sa famille vers le lieu qui lui semblait le plus sûr : la Lamdon School toute proche. Mais les élèves eux-mêmes de cette école avaient été déjà transférés au Shanti Stupa, cette énorme construction bâtie sur des fonds japonais, qui domine la ville. Il nous explique qu’il n’y avait plus rien d’opérationnel : l’aéroport était à moitié détruit, l’hôpital envahi par les coulées de boue, le réseau téléphonique inexistant. L’armée (omniprésente en ces confins exposés aux menaces venant de Chine et du Pakistan) était la seule institution susceptible de faire face. Ce qu’elle fit, et la population survivante lui doit aujourd’hui, toujours selon Monsieur Dorjay, une immense gratitude. En peu de jours, l’aéroport fut d’abord remis en état, puis l’hôpital. Au cours de l’année, des fonds importants furent alloués pour la reconstruction, qui n’est pas encore terminée, mais on voit en de nombreux endroits que décision a été prise de construire en plus solide. Fondations, béton, tôle pour protéger les toits. La route Leh – Srinagar a beaucoup souffert et les énormes engins s’activent encore à la réparer et à reconstruire les ponts emportés. Le Dalaï-Lama s’est déplacé au Ladakh peu de temps après cette catastrophe pour se rendre compte des dégâts, ce qui a donné l’occasion à monsieur Dorjay de s’entretenir avec le responsable religieux en tête à tête pendant une bonne demi-heure. [On peut voir sur cette video de TibetTV le film du discours public du DL. M. Dorjay – l’homme à la ceinture verte – apparaît à la droite du chef spirituel tibétain au bout d’environ 5 minutes. Ce film est exceptionnel, tant par ce qu’il montre du Dalai-Lama en action – c’est autre chose que Sarkozy s’adressant aux victimes d’un crash! – que par les gros plans sur la foule immense. Visiblement tout le Ladakh est là, ses moines, ses écoliers, ses vieilles paysannes parfois avec leur coiffe traditionnelle etc.].

Evidemment, si nous ne savions pas tout cela, nous marcherions dans les rues de la capitale du Ladakh sans nous rendre compte de rien. Des constructions ? oui, mais comme il y en a presque toujours eu. En tout cas, les humeurs des habitants ne semblent pas avoir été trop affectées et, quand ils nous croisent, leurs visages s’éclairent toujours d’un sourire, assorti d’un sonore « Djulé ! ».

photos extraites de http://rohanghosh.net/blog/disaster-at-the-public-hospital-in-leh/ et de http://ladakhfloodrelief.org/

Cet article, publié dans Inde, Ladakh, Voyages, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Instantanés ladakhis – II – Un an après l’inondation

  1. JEA dit :

    Pas de frontières, y compris idéologiques, pour un reporter comme vous.
    Le plus grand merci !!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s