Fêtons Noël avec les Editions des Lisières : poèmes Nez-percés et poèmes aïnous

Maud Leroy

J’avais prévu de continuer sur Badiou, seulement voilà : pour un billet devant paraître le jour de Noël, c’eût été un peu indigeste (après le foie gras, la dinde etc.). Je voudrais plutôt parler d’autre chose, quelque chose de plus léger, de beau comme un travail artistique bien fait, en l’occurrence des petits livres que je reçois au fur et à mesure de leur parution (je suis abonné) envoyés par Les Editions des Lisières, une petite maison d’édition dirigée avec infiniment de grâce et de compétence par Maud Leroy, une jeune habitante de la Drôme (photo ci-contre). Ces éditions avaient leur siège il y a encore peu au village de Sainte-Jalle. Elles ont déménagé à Nyons mais rien n’a changé de leur présentation et des surprises qu’elles nous apportent à chaque livraison. C’est la libraire de Grignan, Isabelle, l’amie de Philippe Jacottet, qui m’avait mis sur la voie il y a deux ans, puis nous avions fait une belle soirée autour des premiers livres, où s’étaient présentés de joyeux poètes : Laetitia Gaudefroy, Alain Nouvel, Patrick Blanche (traducteur du japonais). Laetitia fut bergère et en tira un recueil de poèmes illustré d’aquarelles splendides où les chèvres rayonnent de bonheur et de couleur (c’est la même chose), Alain égrenait des contes ayant lieu dans tous les villages à la ronde, rencontrant un organiste bizarre à Rosans, dont les mains sculptaient le silence et Patrick initiait son monde à l’art du haïku au travers de sa traduction de Seigetsu, poète peu connu en France jusqu’ici.

aquarelle de Laetitia Gaudefroy

Depuis, les Editions des Lisières se sont ouvertes au monde – à ce que Le Clézio a baptisé la littérature-monde – publiant des poètes irakiens, amérindiens et aïnous. En ces temps de repli, il faut beaucoup de courage pour tenir cette ligne, laquelle apporte tellement d’air à notre vie. Voyager c’est ajouter une dimension de plus à notre existence et si l’on ne peut pas soi-même parcourir le monde, alors laissons le monde venir à nous dans la variété de ses chants et de ses poésies…

Maud ne se contente pas d’éditer des poètes lointains. Sa ligne éditoriale est originale. Il s’agit de tout faire pour qu’on entende les voix des cultures menacées, qu’on perçoive la résurgence de sources qu’on croyait perdues, étouffées par la civilisation industrielle (ou numérique) et condamnées à rendre gorge sous la pression des occupants (la colonisation). Bref, promouvoir la biodiversité… des langues et des cultures. Deux ouvrages récents sont exemplaires de cette ligne.

Autoportrait aux siècles souillés est un recueil de poèmes d’un écrivain Nez-Percé, Michael Wasson. Il témoigne de la force de résistance des cultures indiennes. Wasson, nous dit la traductrice (de l’anglais) Béatrice Machet, « est un descendant des gens qui ont suivi Chef Joseph dans sa fuite vers le Canada pour ne pas avoir à traiter avec les blancs, pour échapper au parcage sur une réserve. Chef Joseph avait fait la promesse à son père de ne jamais vendre la terre qui contenait les os de ses ancêtres, les os de ses parents ». Michael Wasson maîtrise la langue anglaise puisqu’elle a été imposée à sa famille et qu’il l’a pratiquée comme langue maternelle, mais, dit encore la traductrice, « derrière l’anglais son texte pense en langue niimiipuu ». Comme dit Coyote, sur le corps de Monstre (Coyote, c’est ‘iceyéeye) : ‘oykalana pipisne ‘ew’likitx ta’c, ce qui veut dire : rassemble les os et arrange-les bien ! Prenons l’exemple d’un des premiers poèmes du recueil : Swallowed (avalé) :

Now inside you                                                  A l’intérieur maintenant tu
are the boy always                                             es le garçon toujours
on your knees. You think                                   à genoux. Tu penses
we’é we’é but the sound                                     we’é we’é mais le son
of a butterfly wing                                             de l’aile d’un papillon
shimmers into an October                                  miroite dans l’air
air. When you braithe                                        d’octobre. Quand tu respires
you remember the ocean                                   tu te souviens de l’océan
you’ve never been to.                                        au bord duquel tu n’es jamais allé.
How anything collapses                                    De comment dans une mémoire
in a memory                                                     tout s’effondre que tu doives raconter
you have to tell                                                deux fois. Pour que le ciel convoque
twice. So the sky asks                                      dans le lointain
in the distance                                                   un monstre brillant
a bright monster                                                qui te tire dans
who pulled you into                                          cette obscurité de ventre
this bellied darkness                                          peux-tu fermer les yeux
can you close your eyes                                     & te souvenir
& remember                                                       où donc
where it is you are                                             te tiens-tu ? Ta gorge a peur

standing ? Your throat is                                   de sa propre
afraid of your own                                             langue – se déplaçant
tongue – moving                                                depuis un souffle noirci
from blacked breath                                          & jusque dans ce plaidoyer. L’écho
& into this plea. Echoing                                  saisit en profondeur c’est comme de                                                                                  lents
fathoms deep like slow                                      raclements dans le ciel obscur
scrapes into the dark sky                                       du corps.
of the body.

Deux remarques en passant sur ce beau poème. D’abord l’expression we’é we’é, expression Nez-percée signifiant tout simplement… « le son des ailes d’un papillon qui lentement s’ouvrent et se ferment », ensuite cette image forte de la gorge qui a peur de sa propre langue… c’est comme de lents raclements dans le ciel obscur du corps pour dire ce que cela fait que sa propre langue vienne à sonner étrangement au coeur de nous-mêmes.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur ces poèmes (j’y reviendrai sans doute).

L’autre recueil passionnant qui est sur la même thématique est : Chant de l’étoile du Nord, carnet de Iboshi Hokuto, poète aïnou (1901 – 1929) (traduction F. Tsukahara et P. Blanche). Les aïnous (habitant principalement l’île de Hokkaïdo) sont encore un de ces peuples opprimés, meurtris par la colonisation (ici japonaise) et dont la culture a failli être anéantie. La langue aïnoue est un isolat, on ne peut la rattacher ni au japonais ni au chinois, elle a été victime d’interdiction par le pouvoir impérial dès la fin du XIXème siècle. Et pourtant, il en est resté quelque chose, grâce en particulier à quelques écrivains qui se sont battus pour elle : Batchelor Yaeko, Iboshi Hokuto et Moritake Takeichi. La poésie de Hokuto repose sur les modèles traditionnels du tanka et du haïku. Le tanka est un poème de cinq vers où alternent déca et heptasyllabes (5/7/5, 7/7), le haïku se limite aux trois premiers vers d’un tanka. Ce qui fait l’originalité de Hokuto, c’est l’âpreté de ses poèmes, et parfois leur crudité. Il a dû comme beaucoup de poètes errants (c’est là une figure récurrente dans les littératures chinoise et japonaise) gagner sa vie dans ce qu’on nommerait aujourd’hui des « petits boulots ». Ainsi par exemple, dut-il à une certaine époque être colporteur. Et que colportait-il de village en village ? Une pommade contre les hémorroïdes ! Et cela donne ceci :

J’suis un débutant
dans la vente de pommade
pour hémorroïdes
Tout doux, gentil toutou noir
ne m’aboie donc pas dessus !

Ou encore :

Au seuil de leur porte :
– Demandez notre pommade
pour hémorroïdes !
Et voici que l’on ricane
j’essuie encore un refus !

Ce qui n’empêche pas de rêver :

Au prochain voyage
j’irai jusqu’à Sakhaline
du moins je l’espère
Mes yeux se tournant au large,
se promènent sur la mer

ni d’avoir pitié de soi-même :

Traversant ce col
pris par les chutes de neige,
la faim me tenaille
Cet Iboshi Hokuto
tout à coup me fait pitié !

Cet Hokuto donc eut une courte vie, la tuberculose lui fut fatale à l’âge de 29 ans… mais il réussit en partie son pari puisque « son décès fut très largement relayé dans les journaux de Hokkaïdo » et qu’il eut même droit à une notice nécrologique dans le Tôkyô Nichinichi shinbun.

La glace flottante
vogue sur la mer avec
des mouettes à bord

et pour terminer l’année :

Une année s’achève…
On ne peut prévoir dit-on,
bonheur ou malheur

On peut se procurer ces très jolis petits livres en les commandant ici.

Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s