Les Bouddhas vivants ont besoin d’une autorisation pour se réincarner

La diffusion du feuilleton ne doit pas empêcher, entre les épisodes, celle de quelques nouvelles qui n’ont rien à voir avec lui mais ont leur importance.

Deux nouvelles aujourd’hui, l’une qui réjouira les quelques amis et lecteurs qui se seront inquiétés de la perte de nos bagages quelque part entre Buenos Aires, Madrid et Lyon, mais qui n’a qu’une modeste importance eu égard à l’évolution du monde : ils sont retrouvés !

L’autre qui a plus d’importance sur ladite évolution, et qui me vient du bulletin WTN (World Tibet News) auquel je suis toujours abonné : selon « The Telegraph » de Calcutta, désormais les « bouddhas vivants » auront besoin d’une autorisation officielle pour se réincarner !

Voici un extrait de la dépêche, que je n’ai pas inventée :

Totalitarian states can be cruel and comic at the same time. The latest Chinese restriction on Tibetan Buddhism would appear to come straight from the theatre of the absurd. Come September, and Tibet’s “living Buddhas” would have to queue up before religious affairs officials, application forms in hand, waiting to receive official permission to be reincarnated. The official explanation for the new restriction is that it is “an important move to institutionalize the management of reincarnation of living Buddhas”. The official version itself gives away the government’s lie. It must be a bizarre system that seeks not only to manage the religious affairs of its people but also to institutionalize them. But this is not the real import of the new regulation because China’s “management” of Tibetan Buddhism — and of all other aspects of life in Tibet — began soon after it had taken control of Lhasa in 1951. The real target of the new law is none other than the Dalai Lama. An important provision of the 14-part regulation bars any Buddhist monk living outside China from seeking reincarnation for himself or recognizing a “living Buddha”. Thus the law effectively marks the end of a tradition sustained by the Dalai Lama and the “living Buddhas”, who dominated life and culture in Tibet in his name. The Chinese had earlier tried this endgame by propping up a puppet Panchen Lama, the second most important religious leader of the Tibetans. Now they want to foist their own “living Buddhas” on the Tibetans.

Je suggère à Kiki (de Posuto’s blog) de s’emparer de l’affaire… je suis sûr qu’elle va nous illustrer ça avec son brio habituel !

Cet article a été publié dans Actualité. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Les Bouddhas vivants ont besoin d’une autorisation pour se réincarner

  1. Posuto dit :

    HA ! On m’offre le couvert ?! Miam. C’est une information alléchante comme je les aime.
    En plus, l’idée de convertir à mes fins personnelles et égoïstes des rabatteurs à nouvelles spécial billet de blog… Quelle bonne idée !
    Je me mets ce bouddha sous le coude, assurément. Pour le brio, je vais de ce pas en quérir deux bidons.
    Merci pour cette info !
    Kiki 🙂

    J'aime

  2. On n’en croit pas nos yeux!

    J'aime

  3. Il faudrait faire en sorte, un jour, que Bouddha rencontre Athéna, bienfaisante et protectrice des mortels, sur le Mont Olympe. Athéna Niké, la victorieuse, prendrait sous son aile Bouddha et l’aiderait, dans sa réincarnation, à fuir les Vilains et leur bureaucratie. Sur terre, les Vilains ne pourraient que constater, bien tard, ce nouvel esprit olympique qui point dans l’air du temps.

    Pierre R. Chantelois

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s