Luminy

Cette semaine, séminaire à Luminy, dans le cadre de notre projet financé par l’ANR (« Agence Nationale de la Recherche »). Luminy, campus sauvage. On me l’a confirmé : la forêt est primaire. Nos collègues anglais, se promenant de nuit, ont vu des sangliers en travers de leur chemin. Luminy loin de tout. Arrivé tardivement, un peu après 20 heures, je m’enquiers si je peux manger quelque chose quelque part : rien. Les restau U ferment à 20 heures, et autour il n’y a rien : aucune habitation, aucune boutique, pas le plus malheureux distributeur… si l’estomac gronde en vous, vous êtes condamnés à reprendre le bus, en sens inverse, pour regagner quelque carrefour habité.

Au matin du 21 janvier, on n’en croit pas ses yeux : tout est blanc. Il a neigé pendant la nuit, puis les basses températures ont transformé la neige en glace. Aux alentours, des bus se sont mis en travers des routes, la progression vers la ville a été ralentie. Ceux qui viennent d’Aix mettent deux heures pour arriver.
Mais c’est beau. Notre collègue anglaise m’écrit :

Avant que le petit morceau Francais dans ma tête est complètement disparu encore, je veux vous remercier pour une belle sejours,  avec des grandes idées, le bon manger, et le pays absolument incroyable  – avec la neige, la lumière, et après, le soleil de bonne heure, et la mousse de mer au-dessous de nous-mêmes sur les rochers de la plage.

photo 1 : train TER entre Grenoble et Valence

Cet article, publié dans Séminaires, Villes, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Luminy

  1. Serval dit :

    Il est très difficile en France de trouver un endroit où dîner le soir en dehors des agglomérations, croyez-en mon expérience de marcheur des plaines… qui a toujours dans son sac à dos de quoi ne pas mourir de faim. Même dans des villes assez grandes pour avoir un petit hôtel ou un B&B, les restaurants disparaissent et les cafés se font de plus en plus rares et ferment à 20 heures au plus tard (oui, même les cafés disparaissent en France, tout fout le camp) . Les seuls établissements qui restent ouverts tard sont les McDo et les kebabs. Je n’ai jamais mangé autant de kebabs que depuis que j’ai commencé ma traversée de la France à pied, en Picardie tout particulièrement. Il n’y avait même pas un kebab à Luminy ? Diable.

    J'aime

    • alainlecomte dit :

      non, pas de kebab à Luminy… sur le campus, impossible à trouver, je pense qu’on en est encore à la stricte distinction entre public et privé: pas de société d’économie mixte ici, donc pas de boutique, pas de restau privé. Bref, c’est la Corée du Nord. Quant aux alentours, c’est la forêt, et comme le dit Michele ci-dessous les calanques et la mer… Bravo pour vos périples en plaine, je vais regarder cela de plus près.

      J'aime

  2. michèle dit :

    Oui mais c’est aux portes du paradis sur terre. Vous allez tout en haut vers le sommet, dans la pinède ; là vous redescendez sur une large route goudronnée réservée aux pompiers. Tout en bas les calanques, celle de Sugiton avec en son centre une île appelée le Torpilleur. Là, vers la gauche, un rocher plat comme au zoo réservé aux nudistes.
    Vous sautez, la tête la première.
    Vous vous baquez.
    Welcome.

    P.S votre adresse mel ne marche plus, mes voeux sont en rade.

    J'aime

  3. Joli paysage de neige imprévue, comme la nourriture « élémentaire ». Et le charme d’une Anglaise pas encore formatée au « Wall Street French » !

    J'aime

  4. lignes bleues dit :

    Alain, j’espère 1. que vous avez bien dit à votre amie d’Outre Manche (je ne sais plus très bien où on met les majuscules) que vous alliez publier ses lignes, charmantes, 2. que vous ne manquerez pas de lui verser des droits d’auteur en conséquence 🙂

    J'aime

    • alainlecomte dit :

      et non, lignes bleues, je n’ai pas osé demander cette autorisation à ma British colleague… mais je suis sûr qu’elle ne m’en voudrait pas, quant aux droits d’auteur je suis prêt à les lui payer symboliquement… notre projet est loin d’être fini.

      J'aime

  5. Jean-Marie dit :

    …. « la mousse de mer »…. Superbe !

    J'aime

  6. michèle dit :

    je ne me suis pas baquée depuis cent ans là-bas, c’est pour cela que j’ai espéré que notre hôte me donne des nouvelles fraîches (surtout en ce moment, très fraîches) c’est excellent contre lés états grippaux cela vaut la Suède et ses lacs.

    Je vous demande moi lignes bleues des vosges comment vous vous baquez hein ?
    IRL je ne sais pas nager, comme Léopoldine, c’est à cause des jupons et des paniers.

    >Alain L j’ai vérifié si c’était un faux z’ami, non. On dit foam (sur les vagues), ou scum (en cuisine) ou pour l’écume de mer meerschaum.

    J'aime

  7. Ping : Arrivée à Gisors @ Lignes de Fuite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s