Kyoto, 2 : à vélo sur le chemin des philosophes

Il est fréquent qu’on parte pour une chose et qu’on s’échoue sur une autre. Ainsi hier, le hasard et l’incompréhension nous ont fait descendre du bus là où nous ne pensions pas être. Dans ces cas, on s’étonne de choses ordinaires alors que celles qui sont étiquetées comme vraiment intéressantes se révèleront plus loin : la moindre maison de bois mérite une photographie mais à cinq cent mètres, celles que nous verrons les feront vite oublier.

Aujourd’hui à vélo dans les rues de Kyoto (pas facile, nous circulons comme les autres cyclistes sur les trottoirs, ce qui nous oblige à une gymnastique entre les piétons et à une vigilance de chaque instant pour ne pas en renverser un), nous nous sommes retrouvés au Palais Impérial au lieu du château Nijo, or il n’y a pas là grand-chose à voir si ce n’est un immense parc gravillonné, avec de loin en loin des carrés de végétation cernés de hauts murs : c’est là que se trouveraient les appartements impériaux, mais qu’on ne peut zyeuter que si l’on possède un permis…

legules.1245420887.JPGLe vélo nous aura surtout permis de traverser la ville de part en part et de découvrir en son centre les rues couvertes d’un riche bazar où se côtoient magasins de soie et boutiques alimentaires. Là encore, on voit et on ne sait pas ce qu’on voit : poissons improbables et ventrus, coquillages gigantesques, légumes dodus marinant dans la saumure, friandises de riz et de haricot rouge, gâteaux roses ou verdâtres emballés sous cellophane comme des bijoux de luxe.

Il faut un bon coup de pédale pour atteindre en pas trop de temps, à l’extrême nord-est de la ville, le chemin dit « des philosophes » que les japonais empruntent, paraît-il, le dimanche par milliers. Le Zenrin-ji est un temple sympathique, à flanc de colline, avec sa pagode qui domine et son escalier de bois recouvert par un toit d’écaille qui le fait ressembler à un dragon. Il jouxte une école enfantine où les petits sont soignés et éduqués par un personnel pléthorique (à chaque enfant son adulte référent au moins !) et peuvent jouer sur une caravelle en bois presque grandeur nature.

bouddha.1245420845.jpgLe temple est surtout connu pour son bouddha doré, figé dans une posture unique. Saisi sur le vif au moment d’un dialogue, il regarde son interlocuteur par-dessus son épaule, lequel interlocuteur n’est autre que le seigneur Eikan, le fondateur du temple. Eikan priait quand tout à coup, Bouddha est apparu à ses côtés. Pris de stupeur, il s’est arrêté. A ce moment précis, Bouddha se retourne et lui dit : « pourquoi t’arrêtes-tu de prier ? » et le seigneur Eikan de répondre : « afin de savoir si je rêve ».

A quelques centaines de mètres de là, s’élève le Nanzen-Ji, un vaste monastère, avec en particulier son jardin Tenjuan, premier jardin de pierres que nous verrons avant bien d’autres… Quand l’art du jardin, qui consiste à maîtriser l’exubérance de la nature, va à son terme extrême, il ne reste plus rien semble-t-il que les pierres et le sable.

tenjuan.1245420863.JPG

 

(photo de Bouddha extraite du site dharmawheel.net)

Cet article a été publié dans Voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Kyoto, 2 : à vélo sur le chemin des philosophes

  1. tousazimuts dit :

    C’est avec pas mal de nostalgie que je regarde , car je n’ai pas le temps de tout lire et j’avoue avoir lu en diagonale, les photos saisissantes de Kyoto. J’y suis allée pour des raisons professionnelles, il y a 12 ans. Je comprends maintenant votre message concernant votre vol Paris Kyoto sur mon blog. Lors de mon séjour là bas, j’y ai rencontré un japonais assez agé très érudit, pratiquant le zen, qui avait le physique du « sage » tel que je me l’imaginais et qui m’a dit: « vous êtes là pour votre travail, mais dans ce travail, vous n’êtes pas à votre place; vous n’êtes pas du tout à votre place pour l’instant. Vous faites fausse voie. Quelques mois plus tard, j’ai démissionné. Ma vie a changé radicalement, et je me souviens maintenant seulement de la concordance de cette rencontre et de ce virage de vie. Autre coîncidence, ma dernière fille et moi avons beaucoup jardiné ces derniers jours pour nous régénérer après une opération stressante à Paris pour elle, qui s’est toutefois et heureusement techniquement TB passée. Et hier, je lui confiais que je transformerais bien un vieux chenil de notre jardin en « jardin zen ». C’est alors que je lui ai expliqué à quoi cela ressemblait, et qu’elle s’est montrée très interessée à mon grand étonnement…
    C’est une journée bizarre, comme j’aime.
    Merci pour ces magnifiques articles. Je les lirai dans mon jardin zen, quand j’aurais appris à décompresser.

    J'aime

  2. alainlecomte dit :

    J’ai en effet lu votre billet qui raconte l’hospitalisation de votre fille, très stressante, surtout pour elle. J’espère qu’elle va mieux et qu’elle surmontera cette expérience. On ne peut revenir du Japon qu’en ayant des idées nouvelles sur la manière dont on va aménager son chez soi… c’est tellement beau.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s