Tristesse

Il le disait bien, Christian Delacampagne, dans le petit livre dont je parlais sur ce blog il y a quelques jours (le 12 mai) :

Car chez moi la nuit tombe, voyez-vous, et c’est à peine si je puis lire ma propre écriture.

Lisant cela, je m’étais naïvement dit qu’il était peut-être très âgé. Puis j’avais vérifié et constaté qu’il n’avait « que » 58 ans.

Alors la réponse est venu ce lundi. Christian Delacampagne est décédé des suites d’une longue maladie.

Pierre-Gilles de Gennes aussi est décédé.

Il n’y a pas très longtemps je lisais une interview de la chanteuse de jazz Abbey Lincoln (plus de quatre-vingts ans et on dirait une jeune femme) qui, voyant disparaître autour d’elle tous ses amis disait (de mémoire) : « c’est affreux comme on meurt en ce moment ».

Cet article a été publié dans Actualité, Philosophie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s