Archives quotidiennes : 3 janvier 2015

Il n’y a ici que la lutte pour recouvrer ce qui fut perdu

Grande étrangeté – à première vue – que la poésie d’Eliot (j’y reviens), notamment dans cette « Terre vaine », qui est son œuvre la plus célèbre et se découpe en cinq parties, dont la première, « L’enterrement des morts » commence par « Avril est … Lire la suite

Publié dans poésie | Tagué , , | 2 commentaires