A propos de poésie

Le journal « Le Monde » offre à ses abonnés une plateforme de blogs, et ils paient pour cela, seulement voilà, les blogueurs s’en vont… ils en ont assez semble-t-il des commentaires effacés, des bugs répétés, et aussi il faut bien le dire : du manque d’attention manifeste dont ils sont l’objet. Si vous n’êtes pas en cours, si votre ligne éditoriale s’éloigne de façon infime de celle de votre sacro-saint journal, vous n’aurez jamais la moindre chance de figurer dans la liste des « blogs sélectionnés ».

Mais on ne va pas pour autant changer de ligne. L’actualité continuera d’être prise avec des pincettes, tel est mon principe. Un blog c’est fait pour l’écriture, la noble écriture. On se perd parfois, on frôle la maladresse, les choses pourraient être mieux dites, certes. Mais cet espace où l’on pense, on y tient. On ne va quand même pas, pour faire plaisir au « Monde » ouvrir une rubrique vinicole ou une chronique de résultats sportifs… On essaiera plutôt par exemple de ramener au devant de la scène la chose poétique. Plutôt que politique. Même si l’on n’y connaît rien en versification, même si cela peut paraître présomptueux. Mais qu’est-ce que la poésie ? Eluard disait qu’elle n’avait d’autre but que la vérité pratique. Et je crois qu’il avait raison.

Nous avons ce samedi embrassé des yeux les scintillements toujours présents d’une montagne en liesse.
Nous avons foulé avec Minie l’herbe encore verte d’un automne débutant.
Nous nous sommes assis au coin d’une rivière aux pierres aussi transparente que l’eau où la fillette a mis ses petits pieds.
Nous attendions patiemment que les mélèzes virent au jaune.
Et cela n’avait d’autre sens que nous faire méditer sur cette parole de Maurice Chappaz, selon qui « le ciel respire en nous ».

automne5.1286819857.jpg

Cet article a été publié dans poésie, Weblogs. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour A propos de poésie

  1. Olivier SC dit :

    Alors, participerez-vous de l’épidémie que je crois lire ce soir et que je vais relayer ? Nous connaissions-nous lorsque Bloguer ou ne pas bloguer se trouvait au Monde ? …

    J'aime

  2. carole dit :

    Maurice Chappaz ? si je savais qui c’était ? au moins … pfff… lectrice indigne 🙂 … pour ce qui est de méditer sur « le ciel qui respire en nous », ou simplement le vivre .. .. en ville c’est pas facile, pas toujours facile. et au milieu des conflits et des passions humaines… aïe aïe aïe … ;-&

    J'aime

  3. alainlecomte dit :

    Carole, vous êtes excusée de ne pas connaître Maurice Chappaz, qui est certes un grand poète suisse mais qui n’est pas très connu. Il a écrit les plus beaux textes sur la montagne et a vécu dans le Valais, au Châble, très exactement (un village près de Martigny) et est mort l’an dernier à un âge très avancé. Il était très ami avec Philippe Jacottet, poète installé, lui, à Grignan (Drôme). Et il était marié avec une écrivaine, également helvète et très connue… en Helvétie (!) : Corinna Bille. J’ai un peu parlé de lui il y a quelques temps sur mon blog : http://alainlecomte.blog.lemonde.fr/2007/05/06/encore-un-grand-ecrivain-suisse/.
    Et oui, à la ville pas facile. C’est pour ça que de temps en temps il faut aller respirer l’air des montagnes! (sans compter que la compagnie des vaches incite aussi à beaucoup de philosophie).

    J'aime

  4. Ping : Bloguer ou ne pas bloguer » Bérézina et nofollow

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s