Agra Hotel

agra.1251564906.jpg

Un dessin s’efface. Celui-ci date de juste douze ans. C’était un 1er septembre et c’était à Agra, India. Les gros lézards verts escaladaient les murs de notre chambre sans fenêtre et nous venions de Delhi emmenés par un chauffeur qui se prénommait Lashkar : il nous conduisait dans tous les aspects, prétendant nous faire aller dans les hôtels où il avait un intérêt. Sa lourde Ambassador tanguait sur la route trop étroite où il fallait slalomer entre les vaches, les buffles et les montreurs d’ours. L’un de nos premiers voyages en Inde… nous étions étonnés de cette faune parcourant les routes. « Pourquoi, vous n’avez pas ça chez vous ? D’animaux sur les routes ? – vous les avez tous mangés ? ». On rigolait jaune avec Lashkar. Il n’aimait pas Gandhi. Il n’aimait qu’Ambedkar, dont on voit souvent la statue sur les places des villages, car lui seul au moins voulait combattre le système des castes et libérer les dalits. Il se moquait de nous aussi. Quand nous parvenions à lui arracher la possibilité de dormir là où nous le voulions (comme à Jaipur et plus tard à Pushkar), il nous faisait culpabiliser toute la journée car, disait-il, à cause de nous, il avait dû passer la nuit dans la voiture… A Agra, il y eut un incident. Nous étions entrés dans une auberge et pendant que nous sirotions un lassi, il y avait eu un coup de feu dehors. En sortant nous vîmes un attroupement autour… d’un énorme serpent mort. Il était dans les arbres et aurait pu se jeter sur n’importe qui. Un de ces serpents qui vous tue un cheval en moins de temps qu’il n’en faut pour hennir de douleur. Agra, c’était bien sûr le Taj Mahal, pour y accéder il fallait négocier avec des conducteurs de bus attitrés, toujours prêts à nous soutirer le maximum.

Au matin du premier septembre, dans cet hôtel déglingué aux Ambassador fatigués, les rares touristes et les préposés au petit déjeuner s’agitaient autour du récepteur télé. Dans une image glauque, style aquarium sale, on distinguait vaguement des vues de Paris… Qu’est-ce qui pouvait comme ça tant les intéresser qui s’était passé à Paris ? Puis une carcasse d’automobile de luxe. C’était la mort de Diana qui les absorbait autant.

Et moi j’avais un petit haut le cœur en voyant tomber sur ma tartine de beurre fondant un gros cafard noir venu du plafond.

Cet article a été publié dans Souvenirs, Voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Agra Hotel

  1. Carole dit :

    🙂 On voyage, on y est ! votre plume est délicate, autant celle du croquis que celle du récit. j’aime bien la chute (du cafard) pas toujours roses les voyages !

    J'aime

  2. oliviersc dit :

    Beau croquis ! qui se retrouve ailleurs que ce que prétend leMonde : http://www.blogoliviersc.org/2009/09/01/a-butterfly-on-a-lotus-flower/

    J'aime

  3. Dunia dit :

    J’adore la double chute -littéraire-: la mort de Diana et le cafard sur la tartine.

    J'aime

  4. Belle évocation… Je me souviens, en Inde, de ces petites voitures d’origine anglaise (étaient-ce les mêmes que cette « lourde Ambassador » ?), et devant le Taj Mahal l’impression d’une carte postale vivante.

    J'aime

  5. michèle dit :

    Lors du mariage de Diana avec le prince Charles, je vivais à Bombay, c’était il y a vingt-huit ans ; je me souviens de la retranscription à la TV. de la somptueuse cérémonie et de la longue décadence qui s’ensuivit pour elle : pauvre poire, bernée, utilisée comme ventre de reproduction. Les indiens étaient encore très attachés à la couronne et aux fastes concommittants, admiratifs et gentils ; à Agra si le sultan en avait eu le temps (hélas il a suspendu son vol) il aurait fait construire en //, en face peut-être, le même monument en marbre noir. Cela aurait marqué l’alliance du masculin/féminin, le yin et le yang ; elle était l’amour de sa vie. Va -t-on au pélerinage du marbre blanc ou à la symbolique de l’amour de sa vie ? Ou aux deux ?
    Il ne riait pas lui, bêtement. Il ne se gaussait pas du sacré ; il ne mettait pas under-ground ce qui est haute-contre ; il bâtissait, impavide, sachant qu’à l’usure du temps, résiste la pérénité des sentiments. Encore pour cela faudrait-il garder un coeur pur et une âme d’enfant. (Alain L. je vous en reparlerai de l’âme car vous avez écrit je n’y crois pas et vous donnerai qq. nouvelles en privé d’ici peu de jours, vous étiez de par chez moi, je rentrai juste de mon périple, hagarde de fatigue & repue de bonheur, comblée jusqu’à plus soif). Mon bonjour à votre épouse et à vous même. Au plaisir de reblogguer chez vous.

    J'aime

  6. celeste dit :

    Superbe, comme un petit film…l’Ambassador et son chauffeur qui grogne si on choisit un hôtel hors circuit, les vaches et les cafards, les serpents et Ambedkar, vénéré en Inde, quasi inconnu en occident!

    bonne journée

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s