Intemporalité de l’art

 

lascaux6.1244369926.jpgkand.1244369998.JPG

Le hasard des expositions nous rend évident l’existence d’invariants à travers l’histoire. Ne peut-on voir comme une réminiscence des fresques de Lascaux dans cet extraordinaire galop peint par Kandinsky ? Et pourtant… l’art du peintre moderne fondateur de l’abstraction est tout de pensée et de réflexion : si le cheval est ainsi c’est en vertu d’une conception théorique du rôle du trait et de la couleur, de leur dynamique, expression de la vitesse et du temps. C’est une immense simplification, ce en quoi d’ailleurs l’art semble toujours résider. Or cette simplification était là, déjà, chez l’artiste de Lascaux.

D’autres exemples ? dans une des compositions de Kandinsky, le commentaire met en lumière un trait lumineux qui traverse la toile, comme un rappel, dit ce commentaire, de la figuration de la lance de Saint-Georges (une figure qui revient souvent dans la petite mythologie portative du peintre russe). Cette lance qui terrassait le dragon, ne la voyait-on pas déjà chez maints primitifs ? et n’y jouait-elle pas déjà le même rôle plastique de trait d’union, de rayon lumineux ?

kand_bildmitweissemra-d1913.1244370183.jpg
(Bild mit weissem Rand, 1913)

Et ceci m’amène à une autre exposition, vue juste la veille de ma visite à Beaubourg, celle des primitifs italiens de Sienne à Florence , au musée Jacquemart-André. L’histoire en diaporama de presque deux siècles de peinture, entre 1290 et 1450, siècles les plus émouvants peut-être car c’est à leur époque que se sont manifestées les plus belles inventions, depuis les maladresses de la représentation de l’espace au temps de Guido da Siena, puis d’Agnolo Gaddi, jusqu’à sa maîtrise par Fra Angelico.

 

gaddi-lacene.1244370265.jpg
(La Cène, d’Agnolo Gaddi, aux env. de 1395)

Un blog remarquable sur l’image a déjà consacré un très beau billet à cette exposition et, en particulier, à cette peinture captivante : la prédelle sur la guérison de Justinien, par Fra Angelico. Ajoutons aussi ce lumineux petit tableau, toujours du même, qui raconte « la preuve par le feu de Saint-François ». Les personnages sont comme des blocs de couleur : tout le monde attend ce qui peut sortir de cette flamme. La simplification des plantes et herbages, comme celle de la décoration du trône royal, à l’inverse de la richesse du détail qui adviendra par la suite, nous évitent d’être distraits et nous forcent à nous concentrer sur la figure essentielle, celle du saint, vers qui les regards convergent. Encore des recettes picturales (même si ici peut-être le fruit d’une pure naïveté) qui donnèrent lieu plus tard à mure réflexion, et que Kandinsky explore et systématise.

fraangelico-preuveparle-feu.1244370295.jpg

Intemporalité… et rupture : je remets à demain d’écrire un billet sur la plus bouleversante des expositions : celle des femmes artistes au centre Pompidou . Rupture ? Oui, cette expo le révèle comme aucune autre ne pouvait le faire. Il a suffi de mettre ensemble toutes ces oeuvres de femmes pour qu’on voie apparaître ce qu’on n’avait pas encore perçu dans des siècles d’art presque exclusivement masculin (encore qu’on ne sache pas très bien le sexe des auteurs de Lascaux !) : une représentation de la violence intime (sexuelle principalement), et du corps, qui échappe aux hommes.

Cet article a été publié dans Art. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Intemporalité de l’art

  1. michèle dit :

    Merci Alain L. de nous faire participer par vos récits aux expos un peu lointaines. Sur le galop du cheval, (avec le même axe ascendant de la droite vers la gauche que celui de Kandinsky) le tableau n°IV du Cantique des Cantiques de Marc Chagall, à Nice.
    Sur ce que vous nommez « la preuve par le feu de Saint-François », s’agit-il là de l’ordalie ce jugement mis en place au Moyen-âge pour tester l’innocence de l’accusé ? Si la plaie était saine et guérissait vite, cela témoignait de la bonté divine dont bénéficiait l’inculpé mais je ne sais à vrai dire si vous parlez de cela…

    J'aime

  2. Alain dit :

    Non, je ne crois pas que ce soit ça, la preuve par le feu. Le haut personnage est un sultan et je crois que le sultan en question a demandé à Saint François de faire la preuve qu’il était vraiment un saint en lui disant « si tu en es vraiment un, alors tu dois être capable de miracle et donc e faire surgir le feu » et ô miracle, c’est ce qu’il advient. Mais c’est à vérifier….

    J'aime

  3. michèle dit :

    Je cherche encore car là ce n’est pas clairement dit : François et son compagnon Frère Illumine, se rendent chez le Sultan. Avec ce dernier, il s’entretient sur des sujets Religieux et en particulier sur le salut de l’âme du Sultan même. François déclare que la religion musulmane est erronée. Pour le prouver François n’hésite pas à défier les cheiks à l’épreuve du feu. Les cheiks refusent le défi et ils se retirent un après l’autre et ils ordonnent au Sultan de décapiter les deux Religieux parce qu’ils proclament une Religion contraire à l’Islam.
    http://www.custodia.org/spip.php?article3638
    (dans le texte on parle de l’ordalie mais ce n’est pas spécifié, je vous tiendrai au courant).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s