Une romancière américaine à Grenoble

sirihustvedt2.1243529334.JPGLa dernière fois que je suis allé à une de ces mini-conférences d’écrivain dans une librairie, c’était pour Nancy Huston , il y a donc plusieurs années. Entre temps, c’est vrai, j’étais allé voir Annie Ernaux , mais c’était juste pour une dédicace. Cette fois, Siri Hustvedt était là (voir le script de son « chat » sur LeMonde.fr ). Que des femmes, allez-vous dire. Je suis obligé de me rendre à cette évidence. Mais je peux me justifier de tout un tas de façons : d’abord, si certains écrivains masculins venaient, j’irais sans doute. Bien sûr Le Clézio. Mais même un poète tel Philippe Jacottet. J’aurais pu venir pour Peter Handke, mais il n’écrit plus. Ou pour le poète suisse Maurice Chappaz, mais il est mort. Evidemment, si on déborde sur la littérature étrangère… Kenzaburo Oé me ferait me précipiter de n’importe quel endroit où je me trouve. Murakami (Haruki) aussi, mais cela serait plus de la curiosité que de l’empathie. Autre justification, plus évidente à mes yeux, à cette assistance aux présentations de livres par des auteures féminines : bien sûr, en tant qu’homme, quoi de plus naturel que cette attirance pour l’autre sexe ? Comme pour en percer les secrets, en quelque sorte. Mais cette explication ne doit pas convaincre grand monde si j’en juge par la très faible proportion, en général, de gens de mon sexe qui assistent à ces rencontres… Pour environ quatre vingt femmes, seulement quatre ou cinq hommes. (Annie Ernaux s’était amusée de cela d’ailleurs…). Alors il faut bien essayer une dernière justification, et là nous tomberons justement sur un des thèmes préférés de la blonde compagne de Paul Auster : la féminité dans l’homme et la masculinité chez la femme. Il faut que mon côté féminin soit attiré, probablement. En vérité, moi qui viens de commencer la lecture de « Tout ce que j’aimais », je ne peux que trouver du plaisir au fait de lire, moi un homme, un récit écrit par une femme dont le narrateur est un homme, lequel passe de nombreux moments à révéler sa part de féminin…. Situation d’intrication pas si ordinaire, non ? La discussion avec la romancière, une longue herbe fragile terminée par une chevelure paille avec entre les deux un visage fin mais osseux d’où irradiaient des yeux bleu profond enfoncés dans leurs orbites, a beaucoup tourné autour de ce thème. Bien sûr elle a dit qu’elle aimait ce type d’homme, acceptant sa part féminine, que son mari était comme ça et que son père aussi, l’était. L’animateur de la librairie (très appliqué) lui a posé la question de ce mot qui sert paraît-il – je ne savais pas grand-chose d’elle avant de la voir là – de titre à un de ses livres : Yonder. Yonder, ce n’est ni ici, ni là-bas, c’est entre les deux. Cet espace, semblait-elle dire, où se situe le meilleur des relations humaines. Son dernier livre est sur l’Eros. Elle a bien sûr expliqué que même dans un couple, on ne connaissait jamais complètement l’autre et que cela était heureux, quel ennui sinon ! mais ça, d’autres qu’elle l’avaient déjà dit.

sirihustvedt.1243529310.JPG

Dans son roman « Tout ce que j’aimais », il est beaucoup question de peinture. On y décrit des tableaux qui n’existent pas mais on a l’impression qu’ils existent, qu’on les verra la prochaine fois qu’on ira à New-York. Par exemple ce tableau peint par Bill (un homme, donc) qui s’appelle autoportrait et qui est pourtant le portrait d’une femme. Mais si on regarde d’un peu plus près, on voit une ombre sur le devant, au point que le spectateur croit que c’est sa propre ombre. Alors que c’est ce que le peintre a inscrit comme son ombre à lui, de créateur, sur la chose créée. Pas mal, non ?

Cet article a été publié dans Livres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Une romancière américaine à Grenoble

  1. Je ne connaissais pas cette écrivain (j’ai horreur du mot « écrivaine »), vous savez donner l’essentiel de sa démarche, ou un de ses aspects, avec subtilité.

    L’histoire du spectateur dans le tableau renvoie à d’autres effets spéculaires : l’abyme est souvent attractif.

    J'aime

  2. pagesapages dit :

    Ach… Je n’ai pas réussi à « entrer » dans les textes de Siri Hustvedt (que j’appelle assez familièrement « la femme à Paul »). Pas encore, du moins. Peut-être que je devrai ré-essayer…

    J'aime

  3. Tania dit :

    « Tout ce que j’aimais » est un roman très riche que ce billet me donne envie de relire. Une romancière à part entière.

    J'aime

  4. michèle dit :

    Ne l’ai pas lue, pas encore, mais grosse déception et intense jalousie : je croyais que Paul m’attendait avec son Invention de la solitude. Bon, je vais tâcher de m’y faire.
    Sinon, étonnant : il y a une foultitude d’écrivains dont une grande majorité d’♂ et une minorité de ♀. Sans doute à Grenoble les bibliothécaires sont-elles des femmes. Pas loin de chez vous vit un écrivain attachant et sensible Hubert Mingarelli qui n’aurait pas trop de km à parcourir, juste descendre de ses montagnes…
    Très intéressant ce mot Yonder et cette expression de soi de son masculin/féminin, en alternace, en tolérance.

    J'aime

  5. Alain L. dit :

    j’ai remarqué qu’il était toujours plus facile d’entrer dans une oeuvre quand on n’avait eu au préalable un contact avec son auteur, aussi ténu ce contact soit-il. On « voit » la personne, où on l’entend, au travers de ce qu’on lit.

    J'aime

  6. Vous avez donc aussi votre « Librairie Kléber »à Grenoble? Comme nous en avons une à Strasbourg?
    Je veux dire, évidemment, une librairie où on voit les écrivains en chair et en os, comme s’ils étaient comme vous et moi?

    J'aime

  7. Alain L. dit :

    Chantal: non seulement une, mais plusieurs! (librairie Arthaud, librairie de l’Université etc.). Allons, vous le savez bien, Grenoble est la capitale de la lecture! 🙂

    J'aime

  8. jmph dit :

    J’ai entendu Siri Hustvedt dans la très belle émission « L »humeur vagabonde » de Kathleen Evin sur France Inter entre 20h15 et 21h (pas une heure de grande écoute…). Je ne savais même pas qu’elle était la femme de Paul Auster (dont je n’avais pas aimé « Dans le scriptorium »).
    Ce qu’elle disait sur son livre m’avait donné envie de le lire, ne serait-ce que par le sujet toujours intrigant et passionnant de la féminité et de la masculinité. Et le texte de son « chat » sur le Monde.fr est très intéressant.
    Puisse cet été me donner le temps d’aborder ce nouveau rivage…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s