L’Académie et les termites

On n’en a jamais fini de parler du langage. Si vous cliquez sur ce lien , vous verrez une conférence étonnante donnée par Steven Pinker, pinker_profile.1201797273.jpgqui est un éminent spécialiste de linguistique et de sciences cognitives aux Etats-Unis, à qui on doit entre autres des livres qui ont atteint le grand public comme « The Language Instinct » ou bien « How the Mind works » (les deux ont été traduits en français). Ce qui vous étonnera sûrement c’est qu’il commence sa conférence en parlant de… Maurice Druon (!), secrétaire Perpétuel de l’Académie Française, et de cette même académie.

acad583.1201797292.jpg

Bien sûr il se moque, et nous autres, Français, nous sentons mal à l’aise en écoutant ça.

En gros il dit : « vous vous rendez compte, les Français s’imaginent que la langue est une entité qu’une Académie peut réguler, à quoi elle peut donner forme, et il en est parmi eux, prestigieux en plus, qui ont assez de temps à perdre pour fabriquer des dictionnaires qui recommandent d’utiliser tel ou tel mot dans telle ou telle circonstance, et quand leur dictionnaire est terminé, la langue a tellement évolué… qu’il leur faut recommencer ! ». Oui, il a pas tort, Pinker….

Son idée à lui est que la langue émerge à partir de l’interaction des esprits humains entre eux. Et c’est ainsi qu’il faut l’étudier. Il y a là quelque chose de complémentaire par rapport à la faculté de langage comme organe biologique. La faculté de langage est l’organe, et la langue est cette réalité énorme, parfois monstrueuse, qui se développe lorsqu’on met en contact (par le dialogue, entre autres) les innombrables réalisations de ladite faculté.

termitiere-manujunblogfr.1201797320.jpgUn autre linguiste américain, Ed Stabler (côte Ouest celui-là), dans son très intéressant cours sur « langage et évolution », fait le rapprochement entre langue et … termitière ! « It is no surprise that we find emergent phenomena even above the level of the organism. One example that has been quite extensively studied is the structure of ant and termite nests”. Comment la structure est-elle construite? Il n’y a sûrement pas une fourmi ou une termite toute seule pour déterminer un plan (ni même un comité, genre « académie »). « In some sense, the structure must emerge from the behaviour of each ant doing what seems natural to it”.

(photo de termitière en Australie extraite du blog http://manuj.unblog.fr )

Un autre aspect émerge des réflexions que nous pouvons avoir sur le langage, c’est l’aspect de jeu. Il n’est pas dit que tout ce qui se développe en matière de structure linguistique réponde à une fonctionnalité bien précise… Il y a la part du jeu. Il semble que les communautés humaines quelles qu’elles soient (je veux dire aussi bien nos sociétés que celles que l’on dit primitives) passent une bonne part de leur temps… à jouer. De ce point de vue, qu’est-ce que notre Académie si ce n’est un club fermé qui se réunit pour jouer au Grand Jeu des définitions ? A des milliers de kilomètres de là, au fond de la forêt amazonienne, des peuples abritent des sous-groupes « d’experts » qui développent des moyens ingénieux pour suppléer le manque de mots pour les nombres dans leur langue.

Nous avons relativement le choix de nos jeux, nous pouvons préférer un autre jeu au jeu académique, par exemple celui de la poésie. Beaucoup de nos contemporains affectionnent les double-sens, les jeux avec les mots, ces mots que l’on dit bizarrement des mots-valises. On peut développer une expertise aussi dans ces jeux là.

C’est l’objet de la sociologie d’étudier le méta-jeu qui consiste à mettre en concurrence et choisir parmi les jeux : à tel groupe, tel genre de jeu préféré.

Qu’est-ce qui justifie le mieux le jeu académique ? Pour le savoir, on peut se demander quelles réactions spontanées suscitent les attaques de Steven Pinker. Je crois que ce qui vient à l’esprit est : « il faut bien défendre la langue française » et l’on donne alors en général comme second argument que le rayonnement du Français dans le monde est vital pour notre économie, autrement dit, c’est juste… un jeu économique et politique.

Cet article a été publié dans Académie, Science. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour L’Académie et les termites

  1. Ce que les Anglais ont compris depuis belle lurette et pratiquement sans tambour ni trompette ( ce qui n’est pas notre genre) avec le Commonwealth.

    J'aime

  2. Dunia dit :

    Merci les anglos-saxons de me permettre d’inventer des mots, activité que j’affectionne avec, généralement, un tantinet de mauvaise conscience. En effet d’après mon éducation francophone, QUI SUIS-JE POUR ME PERMETTRE D’AJOUTER DES MOTS A LA LANGUE DE MOLIERE ET DE RACINE?

    Amicalement

    dunia

    J'aime

  3. Alain L. dit :

    oh! Dunia, il ne faut pas se laisser impressionner comme ça! d’abord, les anglo-saxons ont eu Shakespeare, qui n’est pas mal non plus, ensuite, il y a une vie après le classicisme, non? 🙂
    amitiés,
    Alain

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s