Carte postale de vacances n° 7

Les voyages commencent à s’éclairer à partir des premières vraies rencontres, même s’il ne s’agit la plupart du temps que de contacts éphémères. C’est tout à fait par hasard, parce que nous avions trouvé un « hospedaje » à proximité de chez eux, que nous avons rencontré Miguel, Mario et la femme de ce dernier. Ils tiennent ensemble un petit salon « d’art et de thé » sur le chemin qui mène à la Pucara de Tilcarapucara.1185559630.jpg (une Pucara est une concentration urbaine inca, voire pré-inca, et il en existe une magnifique à Tilcara, qui a été restaurée par un groupe de l’Université de Buenos-Aires). Nous avions pris l’habitude (courte habitude à vrai dire… deux jours!) de prendre notre petit déjeuner chez eux (invariablement jus d’orange, café, pain artisanal et « dulce de leche », cette espèce de pâte caramélisée dont tout le monde semble raffoler ici). C’est ainsi que nous avons commencé d’admirer les sculptures en métal (et quelques peintures) qui s’avérèrent être les oeuvres de Mario, jusqu’à sculpteur.1185559689.jpgen acheter une.danseuse-et-sculpteur.1185559482.jpg

Ces oeuvres, toutes des figurines en métaux soudés, sont inspirées par la vision des conquérants espagnols: elles ne les glorifient pas, mais essayent d’en tirer au contraire les aspects dérisoires ou pathétiques,ceux qui les font ressembler à de grands oiseaux maladroits ou en gardiens d’un monde absurde.

sculptures.1185559929.jpg

Mario les insère parfois dans un cadre de fils électriques, soutenant une petite loupiotte qui les éclaire, accentuant, par les effets de l’ombre, cet aspect pathétique. sculpture.1185559895.jpgJ’ai fait quelques photos de l’intérieur de leur salon de thé et la femme de Mario, qui se révéla être danseuse de son métier (ce qui n’était pas étonnant vu sa grâce et son agileté), tint à ce que nous allions ensemble en faire des tirages papier chez le seul et unique photographe du village.

paraguayen.1185559990.jpgQuant à Miguel, je ne sais pas trop quel était son rôle: l’administrateur sans doute, doublé du serveur de café… Il est paraguayen et ne nourrit aucun espoir sur l’évolution à court terme des pays dAmérique du Sud…

Espérons que ce post leur fera un peu de publicité…

Cet article a été publié dans Art, Voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s