A propos

Qui suis-je? A quoi peut bien servir un tel blog? Pourquoi y tenir? Pourquoi y venir? On écrit un blog… d’abord pour soi. Nos ancêtres écrivaient leur journal intime. Activité solitaire, peut-être peu gratifiante. Ce qu’ajoute le blog, c’est le contact, les réactions, les conversations engagées – virtuelles ou orales – lesquelles finissent par s’incorporer au contenu. Bref, aujourd’hui, nous faisons des blogs. Certes le caractère public d’un tel objet empêche que l’on s’y livre de manière intime. Néanmoins, il s’agit d’une mémoire. Ecrite au jour le jour, et peut-être en prévision des temps futurs, quand la mémoire, justement, commencera à nous filer entre les doigts. Qui suis-je? Je suis tenté de dire: attendez la fin pour savoir… Je peux quand même donner quelques indications, car enfin, c’est déroutant ces billets qui vont un peu dans tous les sens, je le reconnais. Ces billets sont peut-être à mon image, car je me sens avant tout curieux. De science, de littérature, de poésie. Un amoureux des voyages, aussi (et un amoureux tout court). Et je mêle dans ce blog préoccupations privées et préoccupations professionnelles. Pour éclairer ces dernières: elles résident dans cet espace à mes yeux fascinant  qui s’ouvre aux confins des mathématiques, de la logique, de la philosophie et de la linguistique. Ca fait beaucoup de confins, je vous l’accorde.

9 commentaires pour A propos

  1. Chassigneux dit :

    J’ai pris du plaisir à parcourir votre blog et puisque ce sont essentiellement les blogeurs qui parlent aux blogeurs, je me permets de vous signaler le mien
    http://blog-de-guy.blogspot.com/
    qui traite un peu de sujets proches des vôtres.

    J'aime

  2. Chassigneux dit :

    J’ai mis votre blog en lien à partir du mien.

    J'aime

  3. JEA dit :

    Veuillez croire que je suis sincèrement désolé si mes commentaires à propos de Robert Badinter et de Gisèle Halimi portent à vos yeux des connotations agressives, intolérantes, déplacées.
    En l’estime portée à votre blog repose sa seule explication à ces commentaires. Tenter de faire entendre de si petites musiques dans la nuit des cacophonies actuelles à propos de l’affaire DSK. Tenter mais trop maladroitement, trop abruptement si vous y lisez une sorte d’offensive offensante.
    Voir et entendre Joffrin interrompre R. Badinter en lui criant : « Je vous interdis… »
    est grotesquement déplacé. Joffrin se fiche de mon avis comme du premier article du premier stagiaire passé par sa censure.
    Vous lire n’est en rien du même niveau. Nos regards sur un Badinter piégé dans un débat tv où l’on apprend qu’être un ami, c’est se vouloir aussitôt complice d’un crime, nos regards divergent. Mais en le soulignant, jamais je n’ai cherché à métamorphoser un échange de vues en guerre, en invasion.
    J’aurais préféré vous écrire ceci de manière privée, par respect du caractère personnel de ces quelques mots.

    J'aime

    • Alain L. dit :

      Soyez rassuré, cher JEA, pas un seul instant je ne me suis senti agressé par votre commentaire. Je trouve bien et salutaire que nous ayons ce genre d’échange, nos blogs servent à cela, entre autres choses. Je regarde parfois le votre, très esthétique. Il m’arrive souvent d’écrire avec un point de vue très (trop?) immédiat, un peu trop subjectif. J’ai été énervé par Badinter cette fois-là mais peut-être était-ce simplement parce que j’attends trop de lui. Si vous avez eu l’impression que j’étais fâché c’est probablement parce que je n’ai pas continué la conversation dans les commentaires: à vrai dire, je suis souvent pris par d’autres activités (notamment professionnelles) ce qui me fait répondre à certains commentaires très en retard ou même parfois… jamais :-).

      J'aime

      • La Chevillette dit :

        Ouiiii, moi aussi Badinter m’a fortement contrariée ce jour-là.
        Pas tant par ses propos que parce qu’il a fissuré le beau buste que je lui avais édifié dans mon panthéon des Géants. J’ai eu du mal à me remettre de cette évidence, Badinter est humain ! Et d’ailleurs, si je vous en reparle, c’est que je n’en ai pas encore complètement fait mon deuil.
        Alors vers quel héro/héraut nous retournerons-nous ??? Peut-être qu’il me faudra abandonner ma quête du sauveur (avec un petit s, je vous prie) et regarder ce que je peux faire avec mes petits bras musclés (petits muscles, mais quand même).
        Et finalement, je m’interroge sur ce que je peux utilement faire face à tout(e)s celles/ceux qui attendent le «maître». Une société qui déteste qu’on la trouble et fait payer chère l’irrespect de ses illusions ?
        Pardonnez cette façon cavalière d’introduire mes préoccupations dans votre page, je me suis sentie interpellée par vos lignes et comme je n’écris pas aussi bien que vous, je n’ouvre pas de blog. Pourtant parfois ça me chatouille, alors voici… Cordialement Labobinette@gmail.com

        J'aime

  4. ALice__M dit :

    Les blogs sont des mémoires, oui… ils peuvent parfois être des épitaphes de pixels, des tombeaux modernes… quand celui qui écrivait n’écrit plus. Les blogs sont assez nouveaux, alors on ne pense pas forcément à ce genre de choses, et pourtant.

    J'aime

    • Alain L dit :

      Oui, Alice_M. Si on pouvait contempler la blogosphère d’un regard extérieur, on serait probablement effrayé de tous ces blogs morts, comme les satellites éteints de notre stratosphère, avec la différence toutefois que les premiers ne risquent pas de nous retomber dessus…

      J'aime

  5. ALice__M dit :

    Les blogs morts, ce n’est pas bien grave, je parlais des blogueurs morts, qui nous laissent leurs blogues ouverts, comme des pierres tombales, dont on ne sait que faire, et qui nous retombent dessus, oui, au hasard d’une recherche sur la Toile.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s